sarko à marrakech

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

sarko à marrakech

Message par nanati le Mar 23 Oct - 0:09

Spoiler:
MARRAKECH, Maroc (Reuters) - Nicolas Sarkozy est arrivé lundi à Marrakech pour une visite d'Etat de trois jours au Maroc, la première de son quinquennat.

Le président français a atterri à 16h30 (16h30 GMT) et a été accueilli à sa descente d'avion par le roi Mohamed VI, avec qui il devait ensuite avoir un premier entretien et présider la signature d'une série de conventions et d'accords économiques.

Etait notamment attendue la signature d'un accord sur la construction par des entreprises françaises, dont Alstom, d'une ligne ferroviaire à très grande vitesse (TGV) entre Tanger et Marrakech.

Hors TGV, Alstom, dont le P-DG Patrick Kron est du voyage avec quelque 70 autres hommes d'affaires français, devrait également signer un contrat pour la fourniture de locomotives.

De son côté, le groupe Areva, dont la P-DG Anne Lauvergeon est aussi venue à Marrakech, devrait signer un protocole d'accord avec l'Office chérifien des phosphates (OCP) sur la prospection et l'exploitation des phosphates et de l'uranium.

Selon une source gouvernementale française, il était aussi question d'une déclaration d'intention sur la coopération entre les deux pays dans le nucléaire civil et sur la construction d'une centrale nucléaire dans la région de Marrakech.

"Il est possible que les deux chefs d'Etat en parlent", déclarait-on lundi dans la délégation française sans toutefois confirmer dans l'immédiat la signature d'un document.

Il existe déjà une coopération franco-marocaine dans le nucléaire civil, souligne-t-on de même source. Des experts français sont venus au Maroc et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) reçoit régulièrement des ingénieurs marocains.

La France a construit au Maroc un centre de recherche sur le nucléaire civil, près de Rabat, et les Etats-Unis l'ont équipé d'un réacteur expérimental.

PAS DE RAFALE

Dans le domaine militaire, les Marocains semblent en revanche avoir renoncé à acheter 18 chasseurs-bombardiers français de type Rafale pour acquérir des F16 américains beaucoup moins chers.

"Le dossier Rafale est au niveau politique. C'est entre l'Elysée et la maison royale du Maroc que ça se passe", dit-on chez Dassault-Aviation, où l'on veut encore espérer à un revirement, sans trop y croire.

"Pour nous, rien n'est cuit tant que ce n'est pas cuit", disait-on lundi dans la délégation française.

La question avait quoi qu'il en soit de fortes chances d'être évoquée par Nicolas Sarkozy, comme la coopération militaire et l'achat d'armement par le Maroc en général.

"Notre ambition est de construire avec le Maroc une coopération de défense et d'armement qui soit à la hauteur de notre partenariat politique. Ma visite devrait permettre d'avancer dans ce domaine", déclare le président français dans une interview publiée par le quotidien marocain L'Economiste.

Le Maroc est notamment intéressé par l'achat d'une frégate polyvalente FREMM de la DCNS, pour environ 500 millions d'euros.

De son côté, la ministre de la Justice, Rachida Dati, dont le père est marocain, devait signer lundi trois conventions d'entraide judiciaire avec le Maroc.

Le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, devait pour sa part signer une convention "sécurité sociale" avec les autorités marocaines.

L'Agence française du développement (AFD) devait quant à elle signer une convention sur le développement de la ville de Nador, à l'est de Tanger - une zone d'immigration, de contrebande et de trafic de cannabis, longtemps enclavée.

La France et le Maroc devaient aussi annoncer une subvention française de plusieurs millions d'euros à "l'initiative nationale de développement humain" (INDH), lancée en 2005 par Mohammed VI à destination des personnes défavorisées.

Nicolas Sarkozy avait initialement envisagé de faire étape à Rabat en juillet, dans le cadre d'une tournée au Maghreb, après Alger et Tunis. Il y avait renoncé pour ne pas froisser les dirigeants Marocains, qui insistaient, sur fond de rivalité de longue date avec l'Algérie, pour qu'il effectue dans leur pays sa première visite d'Etat.

La France a toujours entretenu une relation privilégiée avec son ancien protectorat. Elle en est le premier client et premier fournisseur. Elle y est aussi principal investisseur étranger.

Le Maroc est par ailleurs le principal pays d'origine de l'immigration en France, le français y est la deuxième langue et une communauté française très importante y vit.

"C'est le pays que nous aidons le plus", souligne-t-on de source diplomatique française. La France verse en moyenne 200 millions d'euros d'aide par an au Maroc, précise-t-on.

nanati
Méga Posteur
Méga Posteur

Nombre de messages : 4561
Age : 46
Localisation : tunis
Date d'inscription : 04/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum