La tunisie lorgne sur le grand large

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

sourire La tunisie lorgne sur le grand large

Message par Zoey le Jeu 18 Oct - 7:53

La tunisie lorgne sur le grand large

La nature a doté la Tunisie d'une grande richesse, la mer : 1 350 kilomètres de côte, soit un domaine maritime équivalant à la surface du pays. Une soixantaine d’îles, dont une dizaine de grande importance, un littoral riche et varié, qui s’étend de Zarzis à Tabarka, parsemé d’abris naturels, de plages accueillantes ou de récifs découvrants. Une mer riche en poissons, surtout ! Un poisson noble, dont la pêche nourrit plus de 100 000 familles.
Consciente de cet atout maritime, la Tunisie a développé de multiples activités pour le mettre en valeur. Aujourd’hui, le pays dispose d’infrastructures éprouvées. Dans le domaine commercial, sur les 30 millions de tonnes de produits importés ou exportés chaque année, 28 millions transitent par la mer. Environ 650 000 passagers (en moyenne annuelle) sont transportés par bateaux. Sur les 4 millions à 5 millions de touristes qui visitent le pays, 750 000 s’y rendent par la mer, qu’il s’agisse de plaisanciers ou de voyageurs faisant escale au cours d’une croisière en paquebot. Enfin, un nouveau concept vient d’être lancé par le ministère des Transports, celui des « autoroutes de la mer ». Un projet innovant, qui vise à faire du pays un véritable carrefour maritime pour structurer les échanges en optimisant les liens avec l’Europe et en misant sur la sécurité et les économies d’échelle. L’État s’est d’abord attelé à rénover les ports de première génération. Mais ces sites ont aujourd’hui atteint leurs limites. La nouvelle stratégie de développement vise donc à créer deux ou trois grands ports de nouvelle génération (Bizerte, Skhira et Enfidha), bénéficiant d’une gestion logistique moderne et dotés d’une technologie de pointe.

Au-delà des échanges commerciaux, les Tunisiens ont entrepris de se réapproprier la mer. Les infrastructures portuaires de proximité continuent de se développer avec la réalisation de marinas, dont celles de Bizerte, Gammarth et La Goulette, actuellement en construction. Parallèlement, les initiatives privées visant à valoriser les activités liées à la grande bleue se multiplient, avec notamment un projet de création d’un musée de la Mer, d’un observatoire du littoral ou encore de centres d’initiation à la navigation ou à la plongée sous-marine. Et dans le cadre de la sauvegarde des métiers d’autrefois, l’anthropologue Abderrahmane Ayoub vient de proposer au ministère de la Culture la création d’un musée de l’Embarcation traditionnelle. Il n’en demeure pas moins que la Tunisie doit faire plus si elle veut devenir un passage obligé pour les amoureux de la mer. Il s’agira alors, non seulement de développer ce qui existe, mais aussi de créer l’événement, de faire revivre davantage les traditions maritimes, et de poursuivre la modernisation du réseau des ports et des marinas en vue d’accroître sa capacité d’accueil. Pour renforcer la sécurité des activités nautiques, il serait également nécessaire d’améliorer la formation des professionnels de la mer. Enfin, jusque-là, la destination Tunisie a davantage mis en valeur ses plages que ses flots. Il conviendrait de dépasser le « sable fin » et le « ciel bleu » vantés par les dépliants publicitaires pour offrir au monde l’image d’un pays baigné d’une culture unique… celle de la Méditerranée.

Grâce au futur port d’Enfidha, le pays entend bien devenir un carrefour pour les transports en Méditerranée. Et renouer avec son prestigieux passé de puissance maritime et commerciale.

jappa jappa .... icecream

Zoey
Membre Confirmé
Membre Confirmé

Nombre de messages : 948
Age : 23
Date d'inscription : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum